rencontre metisse

J'ai donné naissance à un enfant noir

C’est une histoire peu commune qu’a à nous raconter Nathalie, qui a donné naissance à un enfant noir pourtant elle et son mari ont tous les deux la peau blanche. Jurant de ne pas avoir trompé son mari, elle nous raconte dans cet article son témoignage quant à son histoire.

Une situation que je n’explique pas

Etant tous les 2 originaires de Basse-Normandie, moi mari et moi-même avions une peau très claire, des cheveux blonds et des yeux bleus. Apprendre que nous allions devenir parents nous a beaucoup réjoui mais nous étions nullement préparé au choc qu’allait être l’accouchement. J’avais bien remarqué que l’étonnement de l’équipe médicale au vu de mon bébé. J’étais tellement dans les cirages que je n’ai pas pu remarquer grand-chose, de plus Jérémie n’était pas resté longtemps car la sagefemme l’avait amenée avec elle peu de temps après. Quand on m’a conduit par la suite dans la chambre dans laquelle il se trouvait, j’ai vu un bébé de couleur qui se tenait dans un berceau sur le côté du lit. L’incompréhension m’envahit, alors je demandais que faisait ce bébé la et on était mon Jérémie, la puéricultrice me répondit que c’était bien lui.

À rendre fou

Au début, j’avais cru à une mauvaise farce des gens de l’hôpital. Très remontré je demandais alors des explications tout en hurlant sur l’infirmière car ce bébé ne nous ressemblait pas du tout. Encore heureux que j’étais encore sous effet de la morphine car qui sait ce que j’aurais pu faire. Mon mari, Pascal lui était aussi sous le choc et a quitté la maternité pendant plusieurs heures, surement pour reprendre ses esprits.

Je n’arrivais pas à trouver une explication cohérentes à tout cela, alors je me cognais la tête contre le mur, je ne savais pas si je devais en pleurer ou en rire de la situation. Je sentais que le personnel de la maternité avait des doutes, c’était limite s’ils me demandaient d’avouer que mon mari n’en était pas le père. Sortir de l’hôpital était encore plus difficile car il fallait affronter les moqueries des gens et les différents commérages qu’il y a eu par la suite dans toute la ville et même sur certains média : blog echangiste, réseaux sociaux, radio. Et même que pendant un certain temps, mon mari aussi était dans le doute. C’était un moment vraiment dur pour notre couple. Nous avons failli nous séparer mais heureusement la confiance s’est rétablie grâce à l’amour que me porte mon mari.

Découvrir nos origines

Les railleries des gens ne nous ont pas affaiblie car on avait le soutient inconditionnel de nos parents, qui eux avaient confiance en nous. Pour mettre les choses au clair, nous avons alors décidés d’utiliser l’argent que l’on avait mis de côté pour la maison. Je suis alors allée consulter un généticien, pour savoir si nous avions des ancêtres noires. Avec la coopération de la famille qui ont étés d’accord pour une étude généalogique, nous avons pu savoir que Jérémie avait hérité des gènes d’un ancêtre peu lointain de mon mari.

Des origines Guadeloupéenne

Ainsi nous avons pu savoir que l’arrière grand de Pascal a eu des liaisons avec une femme guadeloupéenne lors de ses sorties vers les îles. Comme la mère n’avait pas survécu pas à l’accouchement, ils ont expédiés l’enfant au père. Lui s’est ensuite remarié et vécu comme l’enfant du couple. Cet enfant qui était le grand père de Pascal avait hérité des gênes de son père : blanc et blond.
Au final c’est une très belle histoire qui nous a permis d’en connaître un peu plus sur nos origines. Une épreuve qui a soudé encore plus notre couple. Depuis nous avons déménagés dans une autre région et il arrive que les gens qui ne connaissent pas notre histoires demandent si l’on a adopté notre fils. On préfère en rire

Laissez votre commentaire à propos de cet article